Le Cross départemental vécu de l’intérieur

Le stress commence à monter. Le coup de feu de la course précédente retentit. Les professeurs nous appellent pour l’échauffement. On se fait bousculer et on bouscule dans la chambre d’appel (grande grille) pour être parmi les premier(e)s. Le froid nous pique tout le corps car on enlève à contre cœur nos vestes et écharpes. Ça y est, on y est. J’observe les autres élèves avec qui je vais courir. Certain(e)s  sont grand(e)s, d’autres petit(e)s. J’ai hâte et en même j’angoisse. Je n’ai pas le temps de me rendre compte que le coup de feu a eu lieu que je suis porté(e) par les autres. Je n’étais pas prêt(e), mais qui l’était vraiment ? Certain(e)s partent à toute allure. Je ne réfléchis pas. Juste je cours. Mon corps me dit d’arrêter mais je continue de courir quand même. Je ne sais plus si j’ai déjà fait la moitié ou pas. Je vois plusieurs filles/garçons me doubler. Je ne vais pas y arriver. Je vois enfin la ligne d’arrivée. Je ne sens plus mes jambes. Il ne me reste plus qu’un virage. Je vois les grilles. Certain(e)s tentent un sprint. Je n’y arriverai pas. Plus que quelques mètres.

Sans que je m’en rende compte on me pousse dans les grilles. On me dit d’enlever mon dossard mais je n’écoute pas. J’ai envie de vomir. Mes jambes tremblent. Mais malgré toute la douleur présente en ce moment je suis fière.

J’ai fini le cross.

Je l’ai fait.

J’ai réussi.

Youmna BEQUIE.

Collège C Doche, Pernes les Fontaines.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s